• Sexualité

    La sexualité, puissance des troisièmes êtres (misajour le 12 septembre 2008)

    Petit 1)
    j'ai appris et réappris, après de longues heures, années, de songes, et au cours de mes lectures, comme on apprend des sages, que « la langue et la sexualité sont au cœur de la vie ».

    Petit 2)
    J'ai appris que les mots et « la parole », sont vivants (au delà de toute référence religieuse...), contiennent le savoir, et la « vérité ».

    Grand 3)
    J'ai développé une théorie, nourrie par de nombreuse autres, qui dit que : la sexualité ne peut se résumer aux faits de la reproduction et du plaisir, mais au-delà de la fusion du couple et de la consolidation du foyer parental, la sexualité est le terreau de l'avènement des « troisièmes êtres » : la femme, l'homme, auront beau tout faire pour dépasser leur limites individuelles et collectives, chercher à faire évoluer leur mental, leurs capacités, leurs dons, leur sagesse, une fois remplies les obligations de la vie, le seul moyen de franchir l' « Ultime étape » se trouve dans l'accomplissement d'une sexualité pure et complète : il consiste, à  deux êtres, de s'unir, de s'aimer, de se « transcender » pour donner naissance à un troisième être, plus complexe, plus évolué, plus sensible. Non pas seulement l'enfant qui naîtra de l'union d'un homme et d'une femme, mais l'adulte révélé, issu de l'amour, du mélange des chairs et de l'union de 2 « âmes » « personnalités » « êtres ».


    Grand 4)
    La notion de couple n'est plus très logique, 2 êtres deviennent "1" dans l'union de la chair, ensuite ils redeviennent des êtres autonomes libres.
    Le mariage ou le pacte et les lois qui s'y réfèrent conditionnent la notion de couple.
    Le concubinage est obsolète non ? Deux amis colocataires peuvent avoir des aventures ensembles à différentes périodes sans pour autant se reconnaître dans cette expression. Les cas de figures sont tellement variés qu'on ne peut plus vraiment cataloguer l'amour (quand il s'agit vraiment d'amour bien sûr, ou de plaisir partagé).


    Les mots sont le remède à l'âme-ours et l'amour est le remède aux maux. Quand bien même l'amour adoucie les MOTS et les mots affermissent l'AMOUR.


    Que penser de tout ça ? Est-ce vain ou bien le début d'intenses réflexions philosophiques auxquelles il faut accorder de l'importance ?

    Et bien sur penser ne serait aller sans agir...



    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :